|

Conseils pour un premier voyage à vélo

De façon générale, dans le cadre d’un premier voyage à vélo, avant de vous lancer dans l’aventure, il conviendra de répondre à un certain nombre de questions qui vont orienter votre choix de destination, votre équipement et votre itinéraire.

Pourquoi partir ?

Changer de vie, se fixer un challenge, faire une coupure, se tester, se retrouver en famille, voyager pour rencontrer l’autre ou se rencontrer soi-même. Logique minimaliste, de confort ou encore but écologique. Il est important de vous poser la question du pourquoi vous partez. Le fait de se fixer un objectif philosophique, géographique ou de performance sera un moteur dans votre voyage et votre bouée de secours en cas de coup dur. C’est ce qui vous évitera un abandon et vous galvanisera. C’est ce qui vous permettra de poser des jalons clairs dans votre voyage et de prioriser vos actions. Se poser la question du pourquoi dans la perspective d’un voyage long vous aidera à vous armer mentalement contre beaucoup d’aléas !

Où et quand partir ?

Pour un premier voyage, il peut être judicieux d’envisager un périple relativement « simple » (une semaine avec des dénivelés raisonnables sur une majorité d’axes cyclistes classiques européen par exemple) et d’y glisser des pans d’autonomie ou de difficulté plutôt que de partir sur un trajet globalement exigeant et d’essayer d’y amener des moments de conforts. Beaucoup de voyages vélo « complexes » demandent une préparation en amont et des conseils d’experts. En effet, il est peu recommandable d’envisager des destinations trop exigeantes sans préparation minutieuse. Se renseigner en amont sur le climat de base et les extrêmes climatiques propres aux zones géographiques que l’on souhaite traverser est un impératif. Se renseigner sur les vents dominants réguliers est également très utile. Pour beaucoup de voyageurs, le vent a en effet été le facteur climatique le plus complexe à négocier. Pour une approche globale, le site voyageforum.com permet d’avoir un premier aperçu à travers l’avis de voyageurs sur des zones géographiques précises. Pour plus de précisions, le site weatherspark.com offre une analyse fine des types de climats.

Il n’est pas nécessaire de partir au bout du monde pour trouver le dépaysement. Un premier long voyage en été, en Europe, comporte déjà son lot d’aventures. Commencer son voyage en terrain connu et le complexifier au fil du temps et de l’expérience, semble être une démarche que beaucoup de voyageurs au long cours ont appliqué.

Afin de vous préparer, pourquoi ne pas vous lancer en autonomie durant deux ou trois jours ? Cela vous permettra d’éprouver dans l’action les soucis inhérents à votre équipement, les premières douleurs physiques, de mieux connaitre vos besoins de base, vos peurs, vos limites et également vos forces.

Participez au Bike travel day pour une première immersion : accompagné d’experts de Pro Velo et de notre partenaire Bike-Packer, nous proposons de vivre une immersion totale d’une journée dans le voyage à vélo sur les routes cyclables de Bruxelles : mécanique vélo, atelier équipement et bagages, mises en situation, rencontre avec des voyageur.se.s, conseils pratiques et techniques.

Quel itinéraire choisir ?

Veillez à préparer en amont votre itinéraire de façon numérique ou via des cartes. Il conviendra de savoir lire une carte, sa légende et son échelle, de comprendre ce qu’est un GPX (trajet numérique), d’interpréter à quel effort correspond un dénivelé positif total sur une section. Vous pouvez aussi déjà poser sur papier les lieux incontournables de votre voyage dans lesquels vous voulez vous arrêter.

Construire son trajet en cours de route est sans doute le meilleur choix même si cela nécessite beaucoup de flexibilité. Gardez encore une fois à l’esprit que vos aspirations, votre condition physique, vos connaissances vont largement évoluer au fil de votre expérience croissante et de vos rencontres durant le voyage.

Pour commencer, des étapes d’une cinquentaine de kilomètres (seul) et d’un peu moins en famille peut vous donner une idée de l’effort à accomplir les premiers jours. Vous pourrez toujours augmenter le kilométrage par la suite. Pensez toujours à placer arbitrairement des « jours off » vélo dans votre parcours. Au moins un par semaine semble raisonnable pour tenir votre projet de distance global.

Imaginez toujours des itinéraires bis plus simples (ou plus compliqués) pour faire évoluer votre voyage en fonction de vos sensations en cours de route.

La partie hébergement vous permettra d’appréhender comment vous pouvez gérer le logement durant le voyage.

Bon à savoir

Ne fixez que peu de rendez-vous durant votre itinéraire (amicaux, d’hôtel ou à des campings ou autres) à heure et date précises car ce n’est pas vraiment le propre du voyage vélo !

Quels sont mes propres impératifs ?

Notre section équipement vous donnera une idée de ce qui peut être judicieux d’emporter mais nous avons tous des besoins impératifs, propres à nos personnalités. Là où un voyageur ne pourra se figurer passer une journée sans un matériel technique conséquent pour parer aux réparations potentielles, un autre privilégiera un livre de chevet, un porte-bonheur, ou son repas préféré lyophilisé emporté avec lui ! (Voir témoignages de voyageurs) Aucun de ces voyageurs n’a le bon ni le mauvais équipement. Il s’agit toujours de se connaître intimement et avec lucidité avant un départ et de privilégier ce qui nous semble être impératif en excluant ni en exigeant rien par principe. Le voyage en lui-même dessinera ses impératifs (objectifs ou subjectifs) et ne jamais oublier qu’en cours de route, on trouvera le plus souvent le matériel nécessaire qui nous fait défaut comme on se débarrassera aisément de ce qui nous pèse par voie postale ou par dons dans une logique de voyage circulaire !

La remarque du voyageur

Mon premier voyage vélo long était entre le centre de l’Allemagne et Lille en plein hiver avec beaucoup de neige et par grand froid. J’étais très mal équipé et je me suis rapidement rendu compte que j’avais trop froid en roulant, en plus j’étais partis avec un sac à dos qui me faisait vraiment mal au dos et le vélo en lui-même n’était pas adapté à la neige. J’ai aussi remarqué que l’échelle de mes cartes ne me permettait pas vraiment de sortir des axes importants et j’étais donc trop souvent dans une circulation automobile trop dense. Je suis arrivé à Lille complètement crevé et avec très mal aux genoux. Au final je n’ai pas pu complètement profiter de ce voyage de 7 ou 8 jours par manque de préparation en amont !

L’asbl Pro Velo développe des solutions personnalisées pour faciliter et renforcer la transition vers le vélo et contribue ainsi à une meilleure qualité de vie.